Explo aux Picos Padiorna 2008

Expédition PICOS PADIORNA 2008

Du 3 au 17 août 2008 par Bernard Hivert

Pour voir le compte-rendu et les photos, cliquez-ici

Pays : Espagne

Région : Picos de Europa (Asturies)

Club : Association Spéléologique Charentaise (ASC)

Responsable : Bernard HIVERT– Les Fauveilles – 16380 CHAZELLES (bernard.hivert@free.fr)

Participants français : Bernard HIVERT, Olivier GERBAUD, Jean-Yves et Yan AUFFRET, Jean-Baptiste ROCHER, Anthony et Raphaël GENEAU, Mélissa LAGRÈDE, Claude SOBOCCAN, Joël et Charles TURGNÉ.

Participants espagnols :CES ALFA (Madrid) : Alberto SAEZ, Paco PANDO, Javier SÁNCHEZ, Marcos GOMEZ, Roberto CERDEÑO. Clubs basques : Iñaki LATASA, Oskar LATASA ZUGASTI, Evaristo NOVELETA RETEGI, Isaac ALVAREZ CARPINTERO, Amaia CASTELLANO CALVO.

Historique : Depuis 1971, l’ASC établit un camp spéléo dans les Picos de Europa, au début uniquement entre Français, et depuis plusieurs années en collaboration avec le club CES Alfa, de Madrid. Une zone nous a été attribuée par la fédération espagnole de spéléo, et comme elle se trouve dans le parc national, nous devons demander l’autorisation de camper.

Objectifs : Comme d’habitude, les principaux objectifs étaient :

• Prospection et recherche de nouveaux trous

• Désobstruction et suite d’exploration de cavités en cours

• Ré exploration de puits comblés par la neige (nouvelles possibilités selon l’enneigement)

Le renouveau : Cette année, notre expédition a réuni un nombre assez important de participants. 21 spéléos se sont mobilisés, les Espagnols pour la première semaine seulement. Nous avons accueilli un groupe de jeunes Charentais qui découvraient le site, très motivés, dont six avaient moins de 28 ans.

Réalisations : L’allongement de la durée du camp (deux semaines), le dynamisme des nouveaux et la chance (c’est bien utile) ont permis des découvertes inespérées. Trois cavités sont en cours d’exploration, avec une suite possible sans problème majeur.

• JO26 : Suite à la persévérance d’Olivier et Romain l’an dernier, nous avons débouché sur une série de puits qui descend à -175m, et se termine sur un méandre trop étroit pour nous. Mais en déséquipant, la découverte d’un passage par une lucarne en hauteur a permis de rejoindre une autre lignée de puits et de méandres qui atteint – 500m environ, avec suite possible. La profondeur a été estimée avec un altimètre, car les deux derniers puits de 80m et 50m n’ont pu être mesurés avec notre ruban de 20m. Il faudra s’équiper d’appareils de mesure plus modernes.

• HR4 : Juste à côté du chemin du col de los Horcados Rojos, cette lame décollée donne accès à deux puits parallèles dont l’un atteint -120m avec suite visible, mais très étroite.

• ES27 : C’est une nouvelle découverte, juste sur la crête audessus du campement (on voit les tentes). Après désobstruction de l’entrée, on rejoint une magnifique conduite forcée de 50 m de long, inclinée à 45° et des méandres étroits entrecoupés de petits puits. Arrêt provisoire en haut de puits, à -150m estimés. On ne pensait pas que cette zone, visitée des dizaines de fois, pouvait encore recéler une cavité avec tant de possibilités.

D’autres cavités ont été revisitées, dont la grotte glacée de Véronica (A5) qui, pour la première fois depuis 2003, nous a laissé le passage jusqu’au magnifique P44 dont le fond, à -133m, est garni de concrétions de glace de plusieurs mètres de haut, aux formes et à la transparence extraordinaires.

Le nombre important de participants a permis un bon travail de localisation de cavités et de repérage précis à l’aide de GPS. Des entrées possibles ont été découvertes, comme sur le sentier qui grimpe aux Horcados Rojos : à voir l’an prochain.

Conclusion : L’excellente collaboration avec les Espagnols a permis de réaliser cette expédition, avec un effectif encourageant. Les jeunes, en majorité cette fois, ont été ravis de découvrir ce site aux possibilités insoupçonnées, qui leur a permis de réaliser près de 800m de vierge cumulé en vertical. Ils se promettent de revenir en 2009, après avoir révisé leurs notions d’espagnol (ou de français) apprises au collège.

Bernard HIVERT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *