Reconnaissance au gouffre de Puyraveau Octobre 2016

Ci-joint, le CR sur les activités en Octobre 2016 sur le gouffre de Puyraveau

Participants le 4 octobre : Olivier COLLON, Gilles TURGNE

Participants le 19 octobre : Olivier COLLON, Gilles TURGNE, Romain TURGNE, Vanessa BUSTO, Sandrine COLLON, Fabrice MAILLET

Participants le 25 octobre : Olivier COLLON, Romain TURGNE, Gilles TURGNE

Objectif : Reprendre le chantier de désobstruction abandonné depuis de nombreuses années dans le but de d’assurer la jonction avec le réseau du gouffre du Pâtis situé en amont.

Ce gouffre, situé sur un terrain privé, a changé de propriétaire depuis peu et nous n’avions plus d’interlocuteur connu. Le nouvel exploitant est venu nous rencontrer pour se présenter lors des JNS 2016 à St Christophe sur Roc. Nous avons échangé nos coordonnées et décidé de prendre rendez-vous sur place pour voir la configuration actuelle des lieux.

Un premier rendez-vous est pris pour le 4 octobre. Une doline située côté route qui reçoit les eaux de la zone d’activité s’est affaissée de plus d’1m50 en deux ans.

Cette doline n’absorbe pas tout le débit d’eau en cas de forte précipitation, le surplus traverse la doline qui se transforme en marre et dévale le champ. Une deuxième doline plus étendue reçoit le trop plein d’une retenue d’eau artificielle en contre bas de l’ancienne station de pompage. Dans une première partie, une marre se forme et le trop plein de la marre s’écoule dans le gouffre.

Mais le gouffre avait été rebouché par l’ancien exploitant avec tout ce qu’il avait pu trouver comme déchets en tout genre. L’eau a recreusée le gouffre à travers tous ces déchets. L’exploitant actuel a nettoyé tout ce qu’il a pu à la main et avec ses engins. Nous voyons à peine le fond du gouffre depuis le bord.

La décision est prise de revenir dans le but de faire une reconnaissance au fond. Le 19 octobre, après la taille du roncier seulement accessible sur corde, nous atteignons le fond sur un tas de déchets divers puis nous poursuivons dans un couloir d’une quinzaine de mètres dans lequel il y a deux petits ressauts.

Nous pouvons être debout sur toute la longueur de ce couloir étroit (largeur d’une seule personne). Au bout, un virage à droite et le plafond s’abaisse brusquement et la suite est un laminoir actuellement impénétrable (hauteur de 15cm environ). Le couloir et le laminoir sont remplis de déchets divers à tel point que l’on se croirait dans une décharge des années 70 !

Gilles nous informe être déjà passé à cet endroit du temps du précédent chantier avant que le gouffre ne soit bouché. Il y a donc une bonne couche à enlever et à remonter. Pour l’anecdote, nous avons même trouvé des bocaux pleins à l’entrée du laminoir !

Le 25 octobre, nous sommes reçus par le propriétaire à son domicile en compagnie de l’exploitant. Nous exposons notre projet de reprise du chantier de désobstruction de ce gouffre et eux nous exposent leur projet d’aménagement de ce site pour à terme buser ce gouffre et canaliser les eaux dans le champ.

A l’issue de la réunion, il est décidé de faire une sortie désobstruction pour nos besoins communs à savoir : trouver la roche à la base du puits sous le tas de détritus. Dans ce cadre, le propriétaire et l’exploitant mettront à notre disposition une remorque agricole afin d’évacuer tout ce que nous allons sortir. Pour gagner en efficacité, l’idée est de charger des big-bags d’1 m³ ou des bacs à béton à la base du puits puis de les remonter avec un télescopique. Pour cette opération que nous programmons sur une journée complète, une équipe de 4 ou 5 spéléos doit être disponible avec gants et bottes de sécurité (présence de pointes et divers objets coupants).

Pour le groupe, le secrétaire adjoint : Olivier COLLON

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *